fbpx
Startseite Thérapies et méthodes Du cannabis pour les malades d’Alzheimer

Du cannabis pour les malades d’Alzheimer

von Redaktion Millefolia

Romaine Jean

Le cannabis thérapeutique suscite un intérêt grandissant en Suisse et les demandes d’autorisation sont en hausse constante. Depuis trois ans, une expérience pilote est tentée à Genève, à la Résidence les Tilleuls, avec des patients souffrant de démence avancée. « Nous ne faisons aucun prosélytisme », avertit le directeur James Wampfler. « Nous cherchons simplement le meilleur encadrement possible pour nos résidents et les résultats, notamment sur leur niveau d’anxiété, sont probants ».

L’atmosphère est paisible à l’EMS des Tilleuls, une magnifique maison de maître du XVIIème siècle, offerte à la ville de Genève par la famille Trembley. La bâtisse est entourée d’un grand parc fermé, où les résidents peuvent circuler librement, en suivant des balustrades qui indiquent le chemin. Tout est fait pour améliorer la prise en charge des 55 pensionnaires, qui souffrent de troubles psychiques et de démence avancée.

Résidence les Tilleuls

C’est en 2015 qu’ont débuté les premiers essais de distribution de cannabis. « Nous avions à l’époque deux résidants en échec thérapeutique complet », se souvient le directeur James Wampfler. « L’un avait des comportements de défense, lors des soins. L’autre criait, parfois jusqu’à 18 heures par jour, sans qu’aucun traitement psychotrope ne puisse apporter un réconfort. Nous avions entendu parler d’essais thérapeutiques, à base de cannabis, sur des malades souffrant de sclérose en plaques, en Israël. Nous nous sommes alors adressés à l’office fédéral de la santé publique, qui nous a autorisé à prescrire du cannabis thérapeutique. Les jours suivant la prise du traitement, les effets étaient déjà spectaculaires.

Nous ne faisons aucun prosélytisme. Les résultats sur le niveau d’anxiété de nos résidents sont cependant probants.

Les cris avaient cessé, l’anxiété avait diminué et une partie du langage verbal était même revenu chez une des deux résidants. Fin 2017, les Tilleuls décide de lancer une véritable étude clinique pilote sur la prescription de cannabis thérapeutique, en collaboration avec les équipes des professeurs Sophie Pautex et Barbara Broers des hôpitaux universitaires de Genève et sous la direction médicale de Christian de Saussure, médecin répondant de l’EMS. Douze résidants, souffrant d’hypertonie musculaire et de troubles du comportement, sont alors sélectionnés, avec l’accord des familles. L’étude clinique est complétée par celle d’une jeune doctorante en sociologie, Aurélie Revol, qui observe les attentes des familles et du personnel de l’EMS.

L’expérience menée à l’Ems des Tilleuls pourrait bien intéresser au-delà de Genève. Le cannabis est un stupéfiant et sa commercialisation est interdite en Suisse. Cependant l’OFSP délivre des autorisations exceptionnelles pour des préparations à base d’extrait naturel de cannabis, en lien surtout avec la sclérose en plaque ou les cancers au stade ultime. Et la demande explose : presque dix mille autorisations ces derniers cinq ans.

L’étude pilote menée aux Tilleuls sur les malades d’Alzheimer, empirique et sur la durée, est unique en Suisse.

James Wampfler, Directeur des Tilleuls et Aurelie Revol, Doctorante en sociologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interview de James Wampfler, Directeur des Tilleuls et Aurelie Revol, Doctorante en sociologie

Quel type de cannabis utilisez-vous aux Tilleuls ?

James Wampfler: Le cannabis que nous utilisons est un psychotrope, qui contient du tétrahydrocannabinol (THC), à 1,2 pour cent. La différence avec les autres anxiolytiques est que la substance est naturelle. Le cannabis que nous donnons est cultivé en suisse, sa traçabilité est connue, il est produit en laboratoire et délivré par une pharmacie de Genève. Les doses distribuées, sous forme d’huile, sont très faibles, l’équivalent d’un joint par jour, réparties en 3 prises. Pour en gommer le goût herbeux et faciliter l’usage, nous les mélangeons à du yaourt ou à des biscuits au chocolat.

Comment ont réagi les familles, à l’annonce de l’essai pilote ?

Elles ont étonnamment bien réagi. Nous pouvons même parler d’enthousiasme, malgré la réprobation sociale vis-à-vis du cannabis. Au départ, le personnel de l’EMS était plus sceptique qu’elles. Il faut dire que la prise en charge des malades Alzheimer est lourde pour les familles, qui sont souvent au bord de l’épuisement.

Les familles ont étonnamment bien réagi à l’essai pilote. On peut même parler d’enthousiasme.

Le suivi médical et le faible dosage rassurent beaucoup l’entourage, qui espère un meilleur confort de vie et moins de psychotropes synthétiques.

Quels sont les effets de la prise de cannabis

Ce n’est pas une potion miracle, nous tenons à le dire. Cependant il y a des effets rapides sur la spasticité des résidants. Celle-ci est si importante chez certains, que nous pouvons à peine décoller leurs bras, durant les soins. Par ailleurs, le niveau d’anxiété, la consommation d’antidépresseurs et de somnifères ont tendance à baisser.

Ce n’est pas une potion miracle. Il y a cependant des effets rapides sur la spasticité des résidants. Par ailleurs, la consommation d’antidépresseurs et de somnifères a baissé.

Vous savez le problème c’est que nos résidents ne verbalisent pas. Nous devons être attentifs, observer. Aurélie Révol parle « d’éveil à la vie ». Un jour une résidante, à la mobilité quasi nulle, a mis soudain sa main devant sa bouche en baillant. Son mari était tellement ému :« c’est la première fois depuis si longtemps …»

Combien coûte la prescription de cannabis ?

Nous avons de la chance d’avoir trouvé une Fondation, à Genève, qui a pris en charge les coûts du projet pilote, soit entre 450 et 500.- par participant. Cela fait tout de même 6’000.- frs. par année, par personne, non remboursés par les caisses-maladies. C’est évidemment plus cher que les psychotropes synthétiques de l’industrie pharmaceutique.

Photos: unsplash, idd

Avez-vous aimé cet article?
Chaque petit don contribue à rendre possible de futures contributions. Merci beaucoup!

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Diesen Beitrag teilen

Schreiben Sie einen Kommentar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Was Sie auch noch interessieren könnte:

Möchten Sie auf dem Laufenden bleiben?

Dann melden Sie sich jetzt für unsere Newsletter an.

Der Millefolia-Newsletter informiert Sie über interessante Berichte aus der Welt der Komplementärmedizin, wertvolle Tipps und Wissenswertes zu natürlichen Heilmethoden.

Der Dakomed-Newsletter berichtet über Aktivitäten und Politisches rund um den Verband.

Welche unserer Newsletter möchten Sie abonnieren?

Vielen Dank! Wir haben Ihnen eine E-Mail gesendet, bitte bestätigen Sie Ihre Anmeldung durch Klick auf den Link.