fbpx
Startseite À lire Genève – Deux symposiums sur la médecine complémentaire et intégrative aux HUG

Genève – Deux symposiums sur la médecine complémentaire et intégrative aux HUG

von Redaktion Millefolia
oncologie integrative

Diane Louise Lassonde PhD

En octobre dernier, deux Symposiums sur la médecine complémentaire et intégrative ont été organisés par différents services des HUG. Adoptant des perspectives différentes, les deux événements ont rencontré un franc succès lié à la qualité des orateurs et de leurs présentations, ainsi qu’à l’intérêt croissant des Romands pour la médecine intégrative.

17 octobre – Symposium d’oncologie intégrative

Une très large audience composée principalement de femmes, patientes ou ex-patientes, et de proches ainsi que de médecins et personnels de soins ont répondu à l’invitation des responsables du Service d’oncologie des HUG pour assister à un Symposium d’une demi-journée consacré à l’oncologie intégrative. Les données scientifiques de deux thématiques centrales ont été présentées, à savoir le problème de la fatigue, par le Prof. Pierre-Yves Rodondi, Directeur de l’Institut de médecine de famille à l’Université de Fribourg, et celui de la détresse existentielle, par le Dr Michael Ljuslin, Chef de clinique du Département de réadaptation et de médecine palliative des HUG. Les activités et les projets du CHUV n’ont pas été oubliés. La Prof Chantal Berna-Renella a exposé les objectifs, le fonctionnement et les défis qui se posent au Centre de médecine intégrative et complémentaire du CHUV (CEMIC) dont elle est la nouvelle responsable.

Le nombre et l’enthousiasme des participant(e)s démontrent clairement qu’il existe une forte demande pour une approche intégrative du cancer et que les patient(e)s sont prêt(e)s à s’investir dans leur guérison.

Le Symposium a par ailleurs mis l’accent sur la présentation des ressources, thérapies et techniques d’ores et déjà utilisées par les médecins et les thérapeutes romands pour aider les personnes qui font face à un cancer, notamment l’hypnose, la méditation de pleine conscience et les activités physiques. Celles-ci sont soit offertes dans le cadre des HUG, soit au Centre Otium, structure indépendante basée à Genève qui a le souci de coordonner son action avec les responsables en oncologie des HUG.

Symposium d'oncologie intégrative

Le nombre et l’enthousiasme des participant(e)s démontrent clairement qu’il existe une forte demande pour une approche intégrative du cancer et que les patient(e)s sont prêt(e)s à s’investir dans leur guérison. Dans le mot de conclusion, le Pr Pierre-Yves Dietrich, médecin chef du Département d’oncologie des HUG a pris note de ces attentes tout en prônant un certain réalisme, car pour l’instant les structures hospitalières ne sont en mesure d’y répondre que de manière limitée.

Programme

31 octobre – SYMPOSIUM DE MÉDECINES COMPLÉMENTAIRES INTÉGRATIVES

Idris Guessous

Prof Idris Guessous

Le Service de médecine de premier recours des HUG (SMPR) dirigé par le Prof Idris Guessous, en collaboration avec l’Unité des généralistes, internistes et pédiatres de l’UNIGE et l’Association Genevoise de Médecine Complémentaire Intégrative (AGMCI) a organisé un Symposium visant à présenter les bénéfices et les limites de l’approche intégrative à leurs collègues, médecins et étudiants. Tous les groupes d’âge étaient présents, femmes et hommes en part plus ou moins égale.

Après une brève introduction par les organisateurs, le Dr Tido Von Schoen-Angerer, médecin spécialisé en médecine d’orientation anthroposophique et vice-président de l’AGMCI a situé le sujet dans son contexte global, celui de la Stratégie 2013-2024 de l’OMS pour la médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative, puis il a fait un bref état des lieux des programmes ou services de médecine intégrative des différents hôpitaux universitaires suisses.

La co-présidente de l’AGMCI, la Dre Brigitte Zirbs Savigny, médecin de famille spécialisée en homéopathie a exposé ce qu’est l’approche intégrative en médecine, tant du point de vue du diagnostic que de la manière d’envisager des solutions adaptées au patient pris dans sa globalité.

Brigitte Zirbs Savigny

Dre Brigitte Zirbs Savigny

Pour elle, comme pour les autres médecins qui ont témoigné lors du Symposium, pratiquer une approche intégrative a été une véritable redécouverte de leur métier. Plusieurs études de cas et témoignages ont mis en exergue le potentiel de diverses ressources thérapeutiques, notamment l’homéopathie, l’acupuncture, l’auriculothérapie, l’approche anthroposophique et la médecine manuelle.

Les questions et les commentaires de la salle ont toutefois fait apparaître plusieurs préoccupations sur lesquelles il n’existe actuellement pas de consensus au sein du corps médical, le premier étant la preuve scientifique d’efficacité des thérapies complémentaires. Dans quelle mesure, questionne un médecin ayant une longue expérience de médecine de famille, ne s’agit-il pas là d’un effet placebo similaire à celui que nous produisons nous-même à travers une relation empathique avec nos patients ?

Plusieurs études de cas et témoignages ont mis en exergue le potentiel de diverses ressources thérapeutiques, notamment l’homéopathie, l’acupuncture, l’auriculothérapie, l’approche anthroposophique et la médecine manuelle.

Les débats ouverts et constructifs ont permis de formuler quelques lignes d’action susceptibles d’apporter des réponses aux réticences et doutes exprimés, et d’inciter un nombre croissant de médecins à s’intéresser à l’approche intégrative. En voici quelques exemples :

  • développer la recherche clinique sur l’usage des thérapies complémentaires avec des protocoles scientifiques rigoureux, les études actuelles étant souvent déficientes sur le plan méthodologique ;
  • chiffrer les avantages financiers d’une approche intégrative par rapport à la médecine conventionnelle. Prouver qu’il est possible de réduire les coûts de la santé est en effet jugé indispensable pour amener les décideurs à réaffecter les ressources en faveur des thérapies complémentaires ;
  • former la relève en développant l’information et la formation des jeunes médecins.

Enfin, le point de vue du patient a aussi été évoqué pour noter qu’actuellement, il n’existe aucune base de données ou source d’information centralisée permettant à un patient du canton de Genève de trouver un médecin de famille, ou autre, pratiquant une approche intégrative. La même chose vaut pour les autres cantons romands.

Le fort intérêt suscité par ces deux événements et l’implication enthousiaste des médecins, jeunes et expérimentés, qui s’engagent publiquement en faveur d’une approche intégrative de la médecine indiquent qu’une dynamique s’est mise en place chez les patients comme chez les médecins pour mettre en oeuvre tous les aspects de l’Article constitutionnel adopté en 2009.

Programme

Photos: Pixabay, idd

Avez-vous aimé cet article?
Chaque petit don contribue à rendre possible de futures contributions. Merci beaucoup!

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Millefolia

Jetzt unterstützen

Diesen Beitrag teilen

Was Sie auch noch interessieren könnte:

Möchten Sie auf dem Laufenden bleiben?

Dann melden Sie sich jetzt für unsere Newsletter an.

Der Millefolia-Newsletter informiert Sie über interessante Berichte aus der Welt der Komplementärmedizin, wertvolle Tipps und Wissenswertes zu natürlichen Heilmethoden.

Der Dakomed-Newsletter berichtet über Aktivitäten und Politisches rund um den Verband.

Welche unserer Newsletter möchten Sie abonnieren?

Vielen Dank! Wir haben Ihnen eine E-Mail gesendet, bitte bestätigen Sie Ihre Anmeldung durch Klick auf den Link.