Startseite Thérapies et méthodes Le Chuv, un hôpital modele pour les médecines complémentaires

Le Chuv, un hôpital modele pour les médecines complémentaires

von Redaktion Millefolia
le Chuv et les médecines complémentaires

Romaine Jean

Au Chuv, à Lausanne, les médecines complémentaires ont non seulement droit de cité depuis 2015, mais elles sont de plus en plus demandées par des patients, qui viennent de toute la Suisse. Le service est dirigé par la Professeure Chantal Berna Renella.

Le Chuv à Lausanne est à l’avant-garde de l’intégration des médecines complémentaires en milieu hospitalier. L’hypnose peut y remplacer certaines narcoses dans les salles d’opération, l’anxiété liée aux soins peut y être soulagée par la méditation et l’acupuncture est utilisée en oncologie, pour atténuer les effets secondaires des chimiothérapies. La Professeure Chantal Berna Renella, formée en thérapie interventionnelle de la douleur, dirige le Centre de médecine intégrative et complémentaires, seul service de ce type en Suisse romande et son approche est à la fois scientifique et pragmatique : « si le patient essaie une thérapie, c’est qu’il a un besoin », dit-elle. L’antalgiste de 43 ans, qui s’est formée à Genève, aux États Unis et en Angleterre, publie régulièrement dans la Revue médicale suisse, afin de sensibiliser ses collègues et se bat pour la complémentarité entre médecine conventionnelle et médecine complémentaire.

Le patient au centre

L’acupuncture est utilisée en oncologie, pour atténuer les effets secondaires des chimiothérapies.

Une quinzaine de personnes, médecins, infirmierères, psychologues, chercheurs travaillent au Centre de médecine intégrative et complémentaire. L’approche est globale et fait appel, en compléments des soins conventionnels, à l’hypnose, les massages thérapeutiques, l’acupuncture, l’art-thérapie, la méditation ou encore la sophrologie. Les cliniciens interviennent dans différents services, notamment l’oncologie, les soins intensifs adultes, le centre d’antalgie et le bloc opératoire. « La collaboration avec les autres médecins est excellente : ils sont demandeurs de ces prises en charge », dit la Professeure Chantal Berna Renella.

Il y a parfois des besoins, comme le simple fait d’être touché agréablement, auxquels une médecine de pointe ne peut répondre.

« Nous ne visons pas seulement à réparer la maladie, nous veillons aussi à instaurer un partenariat fort entre le patient et le personnel soignant. Dans les milieux de soins lourds, comme l’oncologie ou les soins intensifs, il y a parfois des besoins, auxquels une médecine de pointe, technologique, ne peut répondre. Le simple fait d’être touché agréablement, sous forme d’un massage ou d’être accompagné par de l’hypnose, peut aider à retrouver l’espoir d’un après ».


Interview avec la Professeure Chantal Berna Renella

Vous venez de donner votre leçon inaugurale à la chaire de médecine intégrative et complémentaire de l’Université de Lausanne, unique en suisse romande, que vous dirigez depuis deux ans. Qu’apprend-on aujourd’hui aux jeunes médecins ?

Professeure Chantal Berna Renella

Professeure Chantal Berna Renella

Tous les étudiants en médecine de Lausanne doivent suivre 4 heures d’enseignements sur les médecines complémentaires. Ils y apprennent les concepts de base de la médecine intégrative, les aspects sociodémographique et assécurologiques des médecines complémentaires, et des pistes de prescription intégratives.

Tous les étudiants en médecine de Lausanne doivent apprendre les concepts de base de la médecine intégrative.

De plus, ils peuvent choisir d’ajouter à cela un cursus de 36 heures à option ou de rejoindre notre équipe pour un projet de recherche de master.

Vous êtes spécialiste du traitement de la douleur, en quoi la médecine complémentaire est-elle utile ?
La douleur chronique met souvent en échec le modèle biomédical classique car elle est multifactorielle et peut induire des transformations du cerveau et du système nerveux plus largement. Il n’y a pas de solutions miracles, mais la méditation, l’hypnose, l’acupuncture ont fait leurs preuves comme traitements complémentaires.

Les hôpitaux restent encore peu ouverts aux médecines complémentaires.
C’est vrai, les médecines complémentaires y sont souvent tolérées, ou prodiguées à bien plaire. Il y a différentes raisons à cela. Les priorités sont orientées sur la survie et les soins d’urgence. Il y a aussi un manque de connaissances des médecines complémentaires. Plus globalement, et si on considère aussi l’ambulatoire, notre système de prise en charge par les assurances est compliqué : il valorise financièrement les actes lourds et une perspective sur le court-terme.

Notre système de prise en charge par les assurances est compliqué.

Prenez un patient qui souffre de lombalgies sur une hernie discale. Il pourra apprendre à gérer sa problématique avec de l’ostéopathie par exemple et en pratiquant régulièrement du Qi gong et n’aura peut-être jamais à subir d’opération. Son assurance de base ne paie pas ces approches complémentaires, mais elle paierait en revanche l’opération.

Avez-vous suffisamment de thérapeutes pour répondre à la demande ?
A l’interne, nous allons grandir, c’est certain. D’une part, notre équipe s’étoffe. D’autre part, nous fédérons progressivement la cinquantaine de médecins et soignants qui pratiquent déjà des médecines complémentaires au Chuv, par exemple en pédiatrie ou en psychiatrie. De plus, pour les prises en charges ambulatoires, nous collaborons de manière rapprochée avec le réseau des praticiens en médecine complémentaire dans la communauté.


Plus d’informations

Avez-vous aimé cet article?
Chaque petit don contribue à rendre possible de futures contributions. Merci beaucoup!

Partagez cet article.

Schreiben Sie einen Kommentar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bleiben Sie informiert

und erhalten Sie per E-Mail eine Auswahl der besten Artikel und Informationen.

 

Millefolia:
natürlich
gesund
vielseitig

 

Millefolia-Newsletter: ausgewählte Artikel, Tipps und Veranstaltungen
Dakomed-Newsletter: Informationen zu politischen Entwicklungen und Verbandsaktivitäten

Welche unserer Newsletter möchten Sie abonnieren?

Vielen Dank! Wir haben Ihnen eine E-Mail gesendet, bitte bestätigen Sie Ihre Anmeldung durch Klick auf den Link.

Tenez-vous au courant

en recevant par courriel une sélection des meilleurs articles et informations. 

 

Millefolia :
Nature
Santé
Diversité

 

Infolettre Millefolia : articles choisis, conseils, manifestations
Infolettre Fedmedcom : informations sur l’évolution politique et les activités des associations

Infolettres désirées

Merci beaucoup ! Nous vous avons envoyé un e-mail, veuillez confirmer votre inscription en cliquant sur le lien.